le blog de l'institut

De profundis clamavi ad te Domine, exaudi vocem meam. In te, Domine, speravi, non confundar in aeternum.

08-02-2007

Ôde à la Vasectomie.

_tude_de_proportions_du_corps_humain_selon_Vitruve
Léonard
Étude de proportions du corps humain selon Vitruve



Si je réfléchis un instant, oui, globalement, ça va.
Je suis dans le train, il n'y a pas trop de monde, la clim est presque bien reglée, un paysage prosaïque défile aux fenêtres. Ce sont peut être des écran plasma, je ne sais pas.
Tout va bien.
Si ce n'est peut être le contrôleur qui nous accable en s'évertuant à « souhaiter la bienvenue aux voyageurs nous ayant rejoint en gare de nouillorc, notre train est à destination de mon cul sur la commode, et desservira les gares de .. .... ....... .......... ...................... »
Le tout vociféré dans des hauts parleurs qui saturent joyeusement, ce qui donne un petit côté ...insupportable et légèrement suicidaire.
Mais je relativise en quêtant les côtés positifs d'une situation qui est tout de même enviable à certaines autres.
La positivité qui caractérisait mon état d'esprit d'alors se trouva fort diminué par l'entrée incertaine d'un groupe de 3 personnes, caractéristiques d'un échantillon d'une population socio-culturel que l'on nomme communément des «pétasses».
Alors en fait, non, globalement, après reflexion, ça va pas.

Je cherche des coupables à tout ce bordel que l'on nomme aventure moderne, ou existence, et la seule solution qui s'offre à moi, et d'en vouloir à mes parents.
Clairement, tout ce lot de souffrance quotidienne, jusqu'à une souffrance amadantine, existe parce que je suis vivant. Je suis vivant parce qu'on m'a mis au monde. On m'a mis au monde parce que mes parents l'ont fait. Mes parents sont la source du problème.
Ce raisonnement quintessencié mérite tout de même une plus grande analyse.
Ce qui désole dans ce monde, ce qui rend la vie insoutenable, tout l'immondice de la condition humaine, éxiste a mes yeux parce que je le vois.

Je le vois parce que j'éxiste.

J'éxiste parce qu'on m'a amené au monde.

Si on n'avait pas fait cela, tout ce qui est intolérable dans l'éxistence humaine n'existerait pas.
Cela n'éxisterais pas car je ne le verrais pas.
Ma réthorique est imbibé de pensée Cioranienne, certes. Je rêve de retrouver la condition d'avant « être ». Ma condition d'avant ce drâme qu'est la naissance.
Le monde d'avant la naissance est un monde de pure possibilité, un monde de liberté, bonheur, espace. Nous avons bel et bien tout perdu en naissant.
Je ressens le besoin impétueux de liquider mon identité.

Le plus tragique dans cette odyssée, c'est que ce crime quotidien qu'est la mise au monde,  est encouragé, inconscient et impunis.
Pour se rendre dans un pays étrangé, pour faire une demande de passeport, une demande de bourse, une inscription administrative, toute une série de conditions, de preuves, de papiers à remplirs sont nécessaire. Alors que pour une mise à naissance, il n'est point besoin de remplir aucunes conditions.

Il faut prendre ce post pour ce qu'il est, une ôde à la Vasectomie.

Posté par interner à 01:43 PM - Sous traitement. - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    ce style me rappelle vachement quelqu'un que je ne nommerai pas.

    Posté par assayah, 08-02-2007 à 10:46 PM
  • Alors comme ça tu veux pas repeupler la planète ?

    Posté par Petiteconne, 08-04-2007 à 07:23 PM
  • Joli design.

    Posté par Mademoisaile, 08-04-2007 à 10:58 PM

Poster un commentaire